La ville de Jodoigne devrait bientôt pouvoir compter sur l’arrivée de nouveaux commerces dans son centre-ville, histoire de le redynamiser et de réoccuper les cellules vides des rues Saint-Jean, de la Bruyère, du Château, de la place de la Bruyère et bien évidemment de la Grand’Place.

Un redéveloppement commercial rendu possible grâce au projet Creashop Plus, initié par la Région wallonne. Un projet qui permet aux entrepreneurs qui souhaiteraient implanter de nouveaux commerces dans cette zone de bénéficier de subsides s’élevant jusqu’à 6.000 euros (au prorata des investissements, jusqu’à 60%). Une coquette somme qui leur sera confiée pour des travaux de réaménagement, de rénovation ou encore d’ameublement de leur future cellule commerciale.

« Le contexte commercial jodoignois est un peu particulier, explique Jean-Luc Meurice, le bourgmestre. Jodoigne est située entre des pôles commerciaux importants comme Louvain-la-Neuve, Wavre ou même Namur. Et au fur et à mesure des années, notre ville a un peu perdu de son attrait commercial. Ce projet va nous permettre de le relancer. Pour retrouver au fur et à mesure un hypercentre et une Grand’place attractifs. »

Le tout en reliant les futures cellules de cet hyper centre aux grandes surfaces du côté du Bosquet grâce à de la mobilité douce. Et permettre aux Joidoignois et citoyens des alentours de faire du shopping dans le centre, et pas seulement des achats bien ciblés.

Pas question toutefois d’y implanter n’importe quoi. Un jury de professionnels sera chargé d’examiner les dossiers introduits par les néo-entrepreneurs ou les commerçants qui souhaiteraient se déplacer dans cette zone du centre-ville. Leurs maîtres mots : originalité, créativité et qualité. « Actuellement, on souffre d’un manque d’originalité, précise Olivier Debroek, l’échevins du Commerce. On a une suroffre de coiffeurs ou de sandwicheries par exemple. Et des manques dans d’autres secteurs. Mais avoir 15 coiffeurs par exemple à Jodoigne, ça ne sert pas à grand-chose. »

© G.VBG

« On a notamment besoin de loisirs ou de commerces vestimentaires. La Grand’Place est magnifique et sera remise en valeur. On peut facilement y imaginer de l’horeca avec de belles terrasses aussi, ce qui nous manque actuellement, conclut le bourgmestre. Ensuite, on compte aussi sur l’effet boule de neige. De beaux commerces en appellent d’autres. »

Plus de 15% de cellules vides dans le centre

La zone visée par les subsides Créashop Plus concerne ce que le bourgmestre nomme l’hypercentre de Jodoigne : les rues Saint-Jean, de la Bruyère, du Château, de la place de la Bruyère et bien évidemment de la Grand’Place. Le taux de cellules vides s’y élève à 14,6% (+,06% dédié à des expositions pour « animer » ces cellules vides) un taux élevé mais inférieur à la moyenne wallonne (19,2%).

Par contre, l’offre n’est pas aussi équilibrée qu’elle devrait l’être pour une ville de ce type. C’est donc de ce côté-là qu’il faudra travailler. Ensuite, la zone visée par les subsides pourrait être agrandie.

« On veut d’abord se concentrer sur cette zone, explique Jean Luc Meurice, le bourgmestre. On pourrait ensuite l’élargir au fur et à mesure. À condition que ça prenne bien dans le centre et …qu’il reste encore du budget du côté de Créashop Plus. »

Car l’enveloppe financière n’est pas inextensible : la Région wallonne a débloqué 1,2 million d’euros au total. Et en tout, 30 communes en Wallonie ont été admises pour le moment pour ce projet, dont cinq autres en Brabant wallon : Wavre, Waterloo, Nivelles, Louvain-la-Neuve et Tubize.

Premiers à se lancer, premiers servis comme on dit !