Arrivé il y a un peu plus d’un an à la tête de La Valette à Ittre, Michel Wright a été plongé dans le vif du sujet entre l’annonce faite dans un premier temps par la ministre de la Culture de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Alda Greoli, de ne plus subsidier le théâtre (une double subvention de 100 000 euros a finalement été accordée) et cette crise sanitaire. "Comment j’ai vécu cette période ? Abominablement, note le directeur de La Valette. J’ai perdu près de 50 % de mes revenus à cause de l’annulation de spectacles durant la pandémie."

Un directeur qui attend toujours les subventions promises par la Communauté française et la Province. Mais malgré ces mauvaises nouvelles, Michel Wright se montre positif pour ce petit joyau situé à Ittre. "Tout va rentrer dans l’ordre et je dirais qu’aujourd’hui, le théâtre se porte bien. Les mauvaises nouvelles sont derrière nous et il faut bien avouer que nous avons été bien aidés par le bourgmestre, Christian Fayt."

Et le nouveau directeur de La Valette a profité du confinement pour redonner un petit coup de frais au visage du théâtre ittrois. "J’ai changé le site, tout a été refait avec un nouveau look, un nouveau logo, des réservations possibles en ligne et une nouvelle manière de communiquer pour redonner un côté professionnel au théâtre tout en gardant son aspect familial."

Fort heureusement pour les acteurs, l’été n’est pas la période la plus propice pour le théâtre. "C’est un peu un temps mort, reconnaît Michel Wright. La grande saison débute en septembre et se termine en mai. À la fin du mois d’août, nous allons reprendre les répétitions" , conclut-il en précisant que la première pièce sera jouée le 8 octobre avec Sentiments provisoires.