Brabant wallon Il est le seul survivant de la bataille de Baulers de 1940.


Musique militaire, drapeaux et représentants officiels belges et français, le centre de Baulers était en ébullition jeudi matin. On commémorait en effet la « bataille de Baulers », qui a opposé le 43e régiment d’infanterie français aux soldats allemand, précisément le 16 mai 1940.

   

Une bataille un peu oubliée, avant que les responsables de l’asbl Du Côté des Champs, en 2010, s’y intéresse et retrouve non seulement des documents, mais aussi des acteurs des faits. C’est ainsi que depuis plusieurs années, le français Roger Thevenin revient à Baulers et rencontre notamment les enfants de l’école communale pour les sensibiliser à l’histoire et aux leçons qu’il convient d’en tirer.

Un personnage: chef de pièce d’un canon antichar, il a échappé à la mort de justesse le 15 mai 1940, en portant sur son dos jusqu’au poste de secours un de ses camarades blessé. A Baulers, il a été fait prisonnier et envoyé en Allemagne, où il est resté durant cinq ans. Il a encore dans la main un éclat d’obus qui l’a blessé et qu’il n’a jamais voulu faire retirer, pour se souvenir des camarades morts au combat.

Il est aujourd’hui le seul survivant de cette bataille de Baulers et mercredi au milieu du village, il a pris la parole pour évoquer son « devoir sacré, celui de l’histoire et du souvenir de ceux qui sont morts pour la patrie ». Un moment poignant, même si l’homme veille toujours à y ajouter un peu d’humour: Roger Thévenin aura 105 ans le 6 août prochain !