Au dernier conseil communal, le conseiller socialiste Gaëtan Thibaut a demandé au collège de faire le point sur un dossier qui, comme celui de la Grand-Place, semble ne plus guère avancer. En 2014, après une trentaine de mois de fermeture de la rue, les travaux d’égouttage menés à la rue Sainte-Anne avaient débouché sur la découverte de fissures inquiétantes en sous-sol. En urgence, il avait fallu consolider les façades pour éviter des effondrements. Depuis des années, de grosses poutrelles métalliques jaunes et des barrières Nadar le long des trottoirs servent de décoration urbaine…

"Les étançons ne font normalement pas partie du patrimoine nivellois ! J’ai connu la rue Sainte-Anne quand il n’y en avait pas", a ironisé le conseiller socialiste.

Réplique sur le même ton de l’échevin des Travaux : "On va quand même interroger le musée communal, la Commission des monuments et sites et peut-être l’Unesco sur le sujet. Plus sérieusement, des expertises ont été réalisées sous l’ancienne législature, et cela fait partie des choses qui traînent… Pour des questions de sécurité et de responsabilité, pour l’instant, li n’est pas question de rentrer les étançons. On ne peut pas prendre ce risque."

Dans sa réplique, Gaëtan Thibaut a prolongé la plaisanterie : "Si vous entamez une procédure de classement des étançons, j’espère qu’elle aura plus de succès que pour les Récollets…"