En mai 2017, au lendemain d’un hébergement chez son père domicilié à Walhain, une fille a expliqué à sa mère que cet homme avait abusé d’elle. Âgée de six ans seulement, elle a raconté avec ses mots les poses qu’elle devait prendre une fois déshabillée, le fait que son père se masturbait devant elle et l’a même violée.

Un récit répété à la police, lors d’une audition filmée dont un expert a estimé que le contenu était crédible. L’enquête qui a démarré a permis au parquet de s’apercevoir qu’en 2003 déjà, le suspect avait été inquiété pour le même type de faits. Avec déjà une plainte d’une de ses filles, lors d’une autre union et avec laquelle il n’a plus aucun contact. Le dossier, à l’époque, avait été classé sans suite faute de preuve. Et il y était question d’attentat à la pudeur sur une autre fille du prévenu encore.

Remettant tous ces événements bout à bout, confrontant les déclarations de plusieurs victimes qui ne se connaissaient pas lors des révélations mais ont toutes raconté des abus de la part du même homme, le parquet ne doute plus aujourd’hui.

Au point que jeudi devant le tribunal correctionnel, c’est une peine de douze ans d’emprisonnement ferme, suivie d’une période de mise à disposition du tribunal d’application des peines, qui a été requise.

Le prévenu, lors de l’interrogatoire d’audience, a clamé sa complète innocence et a affirmé qu’il ne s’était jamais rien passé. Son avocat a dès lors requis l’acquittement pur et simple.

Le tribunal devra trancher le 18 décembre.