Brabant wallon En pleine campagne Bob, il est de bon ton de rappeler les règles de prudence.

Les fêtes de fin d’année sont souvent propices à des apéros entre amis, voire de longs dîners en famille souvent arrosés d’alcool. Des soirées très conviviales qui le deviennent un peu moins lorsqu’il s’agit de reprendre le volant. Si, en cette période de campagne Bob, les automobilistes sont plus attentifs à ne pas reprendre le volant après avoir consommé de l’alcool, certains n’hésitent pas à transgresser la loi, bien aidés par des applications qui préviennent des contrôles.

Certains se sont pourtant fait pincer : lors de la dernière campagne estivale Bob, pas moins de 4 % des automobilistes contrôlés en Brabant wallon avaient été pris sous influence de la boisson.

Un chiffre en hausse (on était à 2,71 % d’automobilistes contrôlés ivres durant l’été 2017), mais pas seulement durant les campagnes Bob. Ainsi, pas moins de 878 conducteurs ont été contrôlés après avoir bu des boissons alcoolisées entre janvier et juin 2018.

Si 257 étaient juste au seuil d’alerte, 621 conducteurs se trouvaient au-delà de la limite de 0,5 gramme d’alcool par litre de sang et se sont vu retirer leur permis de conduire pour des durées minimales de trois heures.

Avec de fameuses amendes à la clef : de 179 euros et une interdiction de conduire de trois heures pour les excès les plus légers, à 1 260 euros entre 1,1 et 1,4 g/l de sang. Un montant qui peut même chiffrer à plusieurs milliers d’euros selon le degré de gravité et de récidive. Avec une interdiction de conduire de minimum 15 jours qui peut être prolongée ensuite par le juge du tribunal de police.

Avec 621 conducteurs contrôlés sous influence, le premier semestre 2018 aura été particulièrement mauvais en matière d’alcool au volant : il faut remonter à 2011 (707 conducteurs privés de permis) pour trouver des chiffres plus importants.

Les chiffres 2018 sur son entièreté pourraient toutefois dépasser ceux de 2011 en raison des résultats de la campagne estivale Bob : 527 automobilistes s’étaient vu retirer leur permis lors de cette opération. Et une bonne partie l’ont été entre juillet et septembre…