Il y a quelques jours, la Ville de Tubize annonçait sa décision de ne pas autoriser le départ de la deuxième étape du Tour de Wallonie le 17 août prochain. Celle-ci devait relier Tubize à Wavre sur 180 km. Quelques jours plus tôt, c’était Ath qui avait décidé de ne pas accueillir l’arrivée de la première étape du Tour de Wallonie. Face à ces refus, un nouvea parcours a été élaboré : Templeuve et Frasnes-Lez-Anvaing remplacent désormais Ath et Tubize.

Puisque l'événement cycliste est maintenu, Wavre reste donc la ville d'arrivée de la deuxième étape du Tour, le 17 août. Sauf que le maintien de l'événement dans la cité du Maca inquiète. Le conseiller communal wavrien Luc D'Hondt (Défi) a adressé un courrier à la bourgmestre de Wavre pour lui demander de ne pas autoriser l'arrivée ou, à tout le moins, qu'elle se fasse à huis clos.

Du côté de la Ville de Wavre, on joue la montre avec l'espoir que l'événement soit reporté. "Certaines communes refusent le passage sur leur territoire, je crois que ça mettra en cause la tenue de l’événement, estime la bourgmestre Françoise Pigeolet (MR). Je voudrais avoir un contact avec le cabinet de la ministre des Sports Valérie Glatigny pour voir ce qu'il en est. La Région a prévu que l’arrivée se fasse à huis clos et, sur le parcours, le port du masque sera obligatoire."

Une réponse qui ne rassure pas le conseiller Défi. "Ne soyons pas dupes, il y aura au moins 200 personnes à l'arrivée du Tour, si l'on compte les équipes techniques, le staff, les journalistes, etc. Ce sera à huis clos mais pas totalement. Et si un huis clos est instauré dans les 500 mètres autour de l'arrivée, les gens vont se placer juste au-delà de ces 500 mètres", prévient Luc D'Hondt.

Précisons enfin que le gouverneur du Brabant wallon prépare actuellement un arrêté relatif aux courses cyclistes, avec l'aval du gouvernement wallon. Cet arrêté prévoira la tenue de ces courses à huis clos mais avec la possibilité pour ceux qui le désirent d'y assister devant leur domicile, avec le port du masque obligatoire.