La "Plate-forme contre le contournement Nord de Wavre" ira devant le Conseil d’État.

Ils attendaient l’issue du recours introduit par Grez-Doiceau avant d’entamer toute procédure en justice. Les douze associations de la "Plate-forme contre le contournement Nord de Wavre" vont désormais pouvoir introduire un recours auprès du Conseil d’État, la plus haute juridiction administrative du pays. Elles seront suivies par les propriétaires de terrains traversés par le tracé.

"C’est une décision inconcevable de la part du ministre qui vient de prendre ses fonctions alors que le gouvernement a annoncé un moratoire sur la construction de nouvelles routes, déplore Julien Tayans, président de Natagora Brabant wallon. On se doutait que le contournement nord de Wavre serait repris dans les exceptions, car il avait déjà été autorisé par ailleurs. C’est tout de même regrettable alors que la commune de Grez-Doiceau avait avancé des arguments pertinents à l’encontre du projet. La plateforme va se réunir ce mercredi pour discuter de la position à adopter."

Même son de cloche du côté de Benoît Thoreau, conseiller communal CDH à Wavre et administrateur de l’association Les Versants de la Dyle. "Ça va totalement à l’encontre de la déclaration de politique régionale ! Elle vient à peine de sortir et on y donne déjà des coups de canif, ça promet pour la législature."

La grande mobilisation prévue le 13 octobre prochain est évidemment maintenue. Le rendez-vous est donné à 14 h à la gare de Basse-Wavre pour ensuite organiser une énorme chaîne humaine le long du tracé de la route.