En 2009, la zone de police a moins attiré les cambrioleurs

NIVELLES/GENAPPE C’est l’un des fléaux du Brabant wallon et l’une des priorités de la zone de police Nivelles–Genappe : les vols dans les habitations, qui prennent parfois l’allure d’épidémies s’étendant quartier après quartier, sont difficiles à contrer.

Et pourtant, en 2009, ils ont diminué du côté de la cité du Lothier et dans la cité des Aclots. Même si on reste à 344 faits par an, les cambriolages proprement dits ont diminué de 35 % à Genappe, et de 21 % à Nivelles.

En présentant ces chiffres tirés du rapport d’activités 2009, le chef de zone, Pascal Neyman, ne cachait pas sa satisfaction. L’action policière, qui passe par un renforcement des patrouilles de prévention, le passage de policiers à cheval dans les quartiers ou encore la surveillance des habitations durant les vacances, porte ses fruits.

Sans oublier l’implication des citoyens : ils ont bien répondu aux campagnes d’information sur la technoprévention, et les réseaux d’information de quartier (RIQ) ne sont pas pour rien dans les résultats encourageants de 2009.

Du côté de Genappe, où plusieurs RIQ fonctionnent dans des quartiers jadis très touchés (la Motte, à Bousval, par exemple) par les cambriolages, le bourgmestre, Gérard Couronné, confirme l’efficacité de cet outil. Il ne se passe plus grand-chose sur place, à présent que les voisins veillent et que la police se montre. Ce n’est pas pour rien que la zone encourage les RIQ sur Nivelles, et espère que les commerçants vont s’impliquer.

Le rapport montre aussi quelques succès policiers de l’année écoulée comme l’identification du tagueur Sarko – il a été remis en liberté depuis -, le démantèlement d’un trafic important de stupéfiants, l’élucidation rapide du vol de la statue de Saint-Michel, l’interpellation de voleurs sévissant de nuit dans les cafés de Nivelles, ou encore l’arrestation de l’incendiaire du camping de la Cala.

Bémol, l’incivisme grandissant et la petite délinquance urbaine : 1.256 faits en 2009 dont 15 % d’actes de vandalisme en plus, et l’explosion (plus 94 %) des plaintes pour les graffitis, principalement à Nivelles.



© La Dernière Heure 2010