Une centaine de personnes ont dû être évacuées suite aux inondations qui ont frappé Court-Saint-Étienne ce jeudi. Avec le débordement de la Dyle, tout le centre a été touché, dont l’avenue de Wisterzée, la rue Roman Païs et l’avenue de Vaujours. Mais également les rues souvent inondées, comme les rues Vital de Casse, de Beaurieux et Coussin Ruelle. Ces intempéries ont privé de nombreux logements de gaz et d’électricité dans le centre de la commune, ce qui a forcé plusieurs dizaines d’habitants à quitter leur logement. Et même le centre de vaccination organisé au PAMexpo, à fermer ses portes, qui rouvriront ce vendredi.

La commune a rapidement mis sur pied un centre d’accueil d’urgence au Royal Excelsior Stéphanois, le long de l’avenue des Combattants, pour accueillir les sinistrés. Là, ils ont pu profiter d’un café et de quelques victuailles pour tenir le coup. Dans le même temps, la commune lançait sur sa page Facebook un appel à ceux qui pourraient héberger ces sinistrés ou, à tout le moins, leur fournir des habits chauds. Un appel qui a suscité un énorme élan de solidarité puisque le téléphone, dont le numéro avait été communiqué sur Facebook, n’a pas arrêté de sonner.

Il y a eu un élan de solidarité incroyable, confirme l’échevine Mary-Line Romain, qui a chapeauté l’organisation de ce centre d’accueil. Les gens ne sont pas restés longtemps, pour la plupart, ils sont restés une heure et puis repartaient avec de la famille. Plusieurs personnes se sont présentées spontanément au Stéphanois pour proposer un hébergement. Au final, tout le monde a un toit et les dernières personnes sont sur le point de partir.”

Au total, une cinquantaine de personnes avait transité par ce centre de fortune durant la journée. Et toutes ont pu trouver un hébergement d’urgence. Sur le coup de 20 heures, il n’y avait plus que quatre personnes qui attendaient encore qu’on vienne les chercher. C’était le cas de Claudine et Edmond qui attendaient que leur fils vienne les chercher. Leur appartement de la rue Emile Henricot étant privé d’électricité, ils ne pouvaient y retourner. “On a été reçu ici comme des rois, avec du café bien chaud et on nous a offert des frites. Je tiens à remercier la commune et le CPAS car on a été très bien pris en charge”, salue Claudine.