RAMILLIES

Le projet de la SNCB Holding pourrait bien devenir réalité d’ici peu

URBANISME Au plan de secteur, c’est une zone blanche. De visu, elle est verte de par les arbres et la végétation qui y ont pris le pouvoir. Mais, à terme, elle pourrait devenir rouge car potentiellement à bâtir. Autrement dit, la bande de terre de quelque trois hectares délimitée par la gare de Ramillies, le Ravel, le pont et le dépôt de bus mérite que la commune s’y intéresse.

L’opposition Écolo et ARC, en tout cas, a profité du dernier conseil communal pour demander où en était le dossier de ce lopin appartenant à la SNCB Holding.

“Le projet de lotissement de la SNCB Holding prévoit une trentaine de maisons, une moitié pour des appartements et une autre moitié individuelles“, a noté Daniel Burnotte (Écolo). “J’y vois un intérêt urbanistique. D’autant que certains services existent déjà à cet endroit : les Tec, la piste cyclable, les magasins… Davantage d’habitants les viabiliserait.”

Une opinion pas totalement partagée par la majorité IC-PS, qui s’est prononcée contre le projet actuel de la SNCB Holding. Les motifs sont divers : un non-respect du bâti existant, les ombres portées, le caractère rural à préserver… “Une densification totale, nous n’estimons pas que ce soit une bonne idée”, a précisé le bourgmestre, Danny Degrauwe (IC). “Les magasins n’ont pas besoin de 35 maisons en plus pour fonctionner.”

Et Jean-Pierre Berchem, l’ex-mayeur (jusq’en 2006), d’ajouter : “En ne faisant rien, on peut avoir de très belles choses. Sans compter que ce terrain est fort marécageux”.

Il risque pourtant d’être loti : la SNCB Holding ne va sans doute pas se priver de rentabiliser le site. À en croire le fonctionnaire-délégué de la Région, “l’idée de restructurer ce quartier est intéressante. Il y a une opportunité. Et 30 maisons, ça n’a rien d’effrayant”.



© La Dernière Heure 2010