Les murs de l’ancienne église Saint-Paul vont disparaître sous terre

NIVELLES On se pressait, hier, dans le chantier de fouilles ouvert sur le site de l’ancienne église Saint-Paul, face au palais de justice de Nivelles.

Il faut dire que c’est la dernière fois avant longtemps que les vieux murs mis au jour au cours de six mois de travail archéologique seront visibles. Dès mardi, on les recouvrira en douceur.

La majeure partie de l’église sera ainsi préservée, sous les nouveaux aménagements de la Grand-Place. À l’exception du chœur, dont certains éléments seront probablement détruits par les travaux.

C’est pour cela que les archéologues se sont concentrés sur cette zone, procédant à divers relevés, complétant les plans connus, mettant au jour ce qui a été construit à l’époque carolingienne puis mérovingienne…

Ces traces du passé qui vont retourner sous terre, cela a provoqué beaucoup d’interrogations lors des visites guidées. Et d’aucuns d’imaginer diverses solutions, par exemple des dalles de verre sur la Grand-Place.

Pour les archéologues, la meilleure façon de préserver reste toutefois de remettre de la terre. Les dalles de verre, installées sur d’autres chantiers, doivent être prévues bien avant les travaux. Ce sont des installations coûteuses, et qui posent des problèmes quand à la conservation des vestiges exposés à la lumière et à l’humidité.

Matérialiser les vieux murs, du moins ceux qui sont significatifs, par un pavement différent en surface ? “Cela avait été évoqué mais l’option n’a pas été retenue” , explique le maïeur Pierre Huart.

Une idée intéressante a toutefois été proposée par une Nivelloise qui l’a pratiqué sur un chantier de fouilles en Crête : une reconstitution en 3D grâce aux éléments récoltés lors des fouilles de l’église Saint-Paul.

Pour l’instant, des données essentielles manquent, comme la vraie hauteur des bâtiments. Mais la Ville et les archéologues sont intéressés.



© La Dernière Heure 2010