Brabant Wallon Un instructeur de plongée d’Ottignies regrette le manque de projets aquatiques pluridisciplinaires.

Le manque d’infrastructures pour les plongeurs en Wallonie refait surface. Et Roberto Fernandez, instructeur au club d’Ottignies-LLN Diving School, a pris sa plus belle plume pour le rappeler aux autorités politiques et lancer une bouteille à la mer. "2019 sera une année de combat électoral et donc de promotion de projet d’intérêt collectif , estime-t-il. La Wallonie manque d’une infrastructure de plongée à l’image de TODI en Flandre ou de Nemo33 à Bruxelles. Vous savez qu’en France, de nombreux départements ont veillé à installer au moins une fosse de plongée de +/-15 mètres de profondeur !"

Lui qui pratique régulièrement la plongée en piscine a l’intime conviction que le Brabant wallon est la province idéalement située pour un tel projet. "Notre province est un lieu idéal à la fois pour les professionnels ou les amateurs. Le BW possède un atout important avec cette excellente localisation géographique, des voies de communication adaptées et un revenu par habitant élevé. L’idéal serait un projet de fosse couplé à une autre infrastructure sportive."

Oui mais voilà , la Ville Ottignies-LLN, la communauté française et l’UCL ont misé, à juste titre, sur la natation de haut niveau en compétition, grâce à la proximité de l’université et des Hautes écoles.

Alors le moniteur de l’école de plongée tend la main à Wavre pour y développer un centre aquatique novateur. "On pourrait imaginer un centre aquatique avec une piscine classique, une pataugeoire et une fosse de plongée."

Sauf qu’à Wavre , creuser une fosse pour plongeurs de plusieurs mètres là où s’implantera la future piscine serait un immense défi technique quand on se souvient des difficultés pour enfoncer les pieux du centre culturel pour à peine quelques mètres…