La Province encourage ses citoyens à placer chez eux un détecteur de radon

Le radon est un gaz naturel radioactif inodore, incolore et insipide qui s’échappe du sol - le plus souvent dans les vallées où le sous-sol est constitué de schiste - et qui peut s’accumuler dans les habitations. Il est indétectable sans un appareil spécifique et, depuis que des campagnes de prévention existent à l’échelle nationale, seulement 2,3 % des logements en Brabant wallon ont été testés.

Peut mieux faire , et doit mieux faire lorsqu’on sait que le radon est considéré comme la deuxième cause du cancer du poumon (environ 480 par an) en Belgique.

Et la Jeune Province n’est pas épargnée. Avec l’abaissement cette année du niveau de référence des - soit la concentration de radon à ne pas dépasser - de 400 à 300 Bq par mètre cube, cinq communes sont placées en niveau 2, ce qui veut dire que 5 % des logements sur leur territoire dépassent le niveau de référence. Il s’agit de Court-Saint-Etienne, Genappe, Ottignies, Mont-Saint-Guibert et Villers-la-Ville.

Et si on élargit aux entités où entre 1 et 5 % des habitations sont concernées par des taux problématiques, on arrive à douze communes qui sont concernées. Cela n’arrive donc pas qu’aux autres… "On a déjà fait des mesures dans des maisons où on arrive à 2.000 Bq/m3, ou des vides techniques où on atteint les 10.000 Bq/m3", confirme les responsables du Service d’analyse des milieux intérieur (Sami) brabançons wallons.

Dans les communes en zone 2, les mesures sont obligatoires dans les écoles, les crèches, les maisons de repos, etc. C’est ainsi qu’en 2015, un système de ventilation a été placé dans une classe de l’école de Tilly et a permis de revenir à des taux normaux.

L’extension de l’école, aujourd’hui en construction, a aussi fait l’objet de travaux préventifs contre le radon. Pour les particuliers, le seul moyen de connaître le taux de radon est de commander un détecteur sur le site www.actionradon.be.

Le détecteur, qui coûte 20 € et n’est pas plus grand qu’une boîte de pellicule photo, doit rester trois mois en place avant d’être renvoyé pour analyse. Les résultats sont communiqués après quelques semaines.