Braine-l’Alleud travaille sur ses factures énergétiques depuis plusieurs années.

Ce week-end, Braine-l’Alleud a organisé une "nuit de l’obscurité" au château du Cheneau. Une sensibilisation à la pollution lumineuse, mais aussi au gaspillage énergétique. Et dans ce domaine, la commune mène un travail de fond.

En matière d’éclairage public par exemple, tous les luminaires les plus énergivores seront remplacés par des Led en 2018. Et à l’horizon 2030, il n’y aura plus que ce type d’éclairage, ce qui permettra une économie de 60 %. "Quand nous l’avons proposé il y a quelques années, Ores n’était pas enthousiaste parce que la durée de vie des Led n’était pas très importante, indique l’échevin Henri Detandt. Mais aujourd’hui, on est passé à 15 ans. L’autre avantage, c’est qu’on peut diminuer l’intensité de l’éclairage à certaines heures."

En ce qui concerne les illuminations de Noël, Braine est déjà passé au "full Led", et les résultats sont éloquents : sur l’ensemble de la période des fêtes de fin d’année, la consommation de ces illuminations est équivalente à 0,5 kilowatt/heure par habitant. Soit… 0,10 euro !

Dans les infrastructures communales, les factures d’énergie ont diminué de 13 % en trois ans grâce à quelques investissements comme le remplacement du chauffage électrique par des pompes à chaleur au Grand Frêne, celui de la bulle de tennis par une structure rigide qui n’est plus chauffée, et les changements d’éclairages.

Pour le gaz, on est également à 13 % de diminution des consommations entre 2013 et 2016, via le remplacement du parc de chaudières par des dispositifs de condensation au gaz. L’idée est de tout remplacer (crèches, bibliothèques, écoles…) et plus de 65 % de l’objectif 2018 est déjà réalisé.

Le déménagement de l’administration permettra aussi de réaliser des économies de gaz et d’électricité cet hiver et d’autres travaux "énergétiques", sont annoncés. C’est le cas de l’isolation du toit de la salle de gym à l’école du Pré vert (Lillois), de l’isolation de la salle du tennis de table à la rue du Ménil, ou du remplacement des châssis à l’Espace lilloisien et à la bibliothèque communale.