Le tribunal correctionnel du Brabant wallon a condamné mercredi Omar A., un habitant de Gesves né en 1996, à une peine de travail de 80 heures. Son interpellation avait fait du bruit, le 30 octobre dernier: il s'était caché dans les toilettes d'un train partant de Bruxelles Midi vers Namur et lorsque les policiers l'ont fouillé à la gare d'Ottignies, ils ont découvert qu'il portait, dissimulée dans son pantalon, une machette avec une lame de 28 centimètres. Vivant en Belgique sans titre de séjour régulier, le jeune homme a été suspecté d'intentions terroristes. Il n'en est finalement rien.


Dès qu'il est monté dans le train au départ de Bruxelles, le prévenu s'est enfermé dans les toilettes du train. L'accompagnateur a dû appeler les agents de Securail pour le contrôler et la police attendait le suspect à la gare d'Ottignies. Il a donné une fausse identité lors du contrôle et a tenté de prendre la fuite. Il a fallu le plaquer au sol et lui passer les menottes pour le neutraliser. C'est par la suite que l'arme, qui était dissimulée contre la cuisse d'Omar A., sous son pantalon, a été découverte.

La piste terroriste a été envisagée mais elle n'a finalement pas été retenue. Le prévenu a expliqué qu'il avait été impliqué dans une bagarre du côté de Ciney, et qu'il était passé chez un ami pour prendre cette machette afin de se défendre au cas où il rencontrerait à nouveau des gens impliqués dans cette bagarre. Et s'il s'est caché dans les toilettes du train à Bruxelles, c'est parce qu'il n'avait pas de titre de transport pour retourner à Namur.

Le jugement rendu mercredi souligne la gravité des faits et la dangerosité de l'arme que portait le jeune homme. S'il ne preste pas cette peine de travail de 80 heures, il écopera de six mois d'emprisonnement ferme. Le jugement ordonne également la confiscation de la machette.