Brabant wallon Le gérant de Cool Cars en a marre et lance un appel à témoins.

Dans la nuit de dimanche à lundi, vers 3 h 40 du matin, l’enseigne Cool Cars située à Tubize a une nouvelle fois été victime d’un vol. Les auteurs ont fracturé la porte, cassé le barillet pour ensuite se diriger tout naturellement vers le bureau pour tenter d’y prendre ce qu’il y avait. Malheureusement habitué à ce genre de faits, le gérant de l’enseigne, Vincent, a pris l’habitude de ne rien laisser sur place.

C’est donc les mains vides que les voleurs sont repartis. Mais malgré l’absence de butin, le responsable de Cool Cars en a marre. Une fois par an, il est victime d’un vol, que ce soit sur le site de Tubize ou de Lillois. "On a lancé un appel à témoins car on n’en peut plus, avoue-t-il. Je suis exaspéré car notre secteur est devenu de plus en plus compliqué à vivre avec notamment les nouvelles normes d’émissions des grandes villes, les accises sur les carburants ou la concurrence via Internet. En trois ans, on a vu notre marge bénéficiaire se réduire drastiquement. On compte entre 20 et 30 % en moins et si en plus, on est cambriolés une fois par an, c’est exaspérant."

D’autant plus que les auteurs de ce fait étaient visiblement bien informés. "Ils ont pris leur temps. Ils ont fait plusieurs allers-retours et ont mis une trentaine de minutes avant d’entrer dans le magasin. À l’intérieur, ils ne sont restés qu’une cinquantaine de secondes sachant très bien que je n’avais pas le temps d’intervenir. Il y en avait un qui faisait le guet et l’autre qui était à l’intérieur."

Pour Vincent, il ne fait aucun doute que les auteurs sont du coin et c’est aussi pour cette raison qu’il lance un appel à témoins. "Ce sont des gens qui ne doivent pas habiter bien loin et qui n’en sont pas à leur coup d’essai puisqu’ils étaient masqués. Nous sommes vraiment prêts à récompenser toute personne qui pourra nous donner une indication concrète sur l’auteur de ce vol."

En attendant, le gérant va encore devoir faire des frais supplémentaires pour sécuriser son garage sans avoir la certitude que ce sera suffisant pour empêcher un nouveau vol.