Brabant wallon Un important trafic de stupéfiants avait été démantelé au départ de la place de la Marjolaine.

Les habitués des salles d’audience du tribunal correctionnel connaissent la place de la Marjolaine, à Louvain-la-Neuve. Le quartier est souvent cité comme une plaque tournante du trafic de stupéfiants dans la cité universitaire. De multiples perquisitions et arrestations opérées au début de cette année ont toutefois mis un sérieux coup d’arrêt à ces agissements.

C’est qu’au départ de petits dealers actifs sur place, parfois déjà connus de la police, les enquêteurs ont pu remonter les divers niveaux du réseau. Jusqu’aux intermédiaires qui pouvaient fournir des numéros et des noms à ceux qui cherchaient à faire de grosses commandes, pour arriver au noyau dur de l’association. Selon le parquet, celui-ci est composé de plusieurs ressortissants polonais et le dirigeant présumé, Tomasz K., est un ancien habitant de Louvain-la-Neuve qui s’est établi à Anvers tout en gardant de nombreux contacts en Brabant wallon.

Les écoutes téléphoniques, puis les perquisitions qui ont tiré parti des informations récoltées, ont montré que la bande vendait du cannabis et de la cocaïne, et importait la matière par kilos, depuis les Pays-Bas. Des livraisons avaient lieu tous les deux jours dans la cité universitaire, et certains prévenus jouaient le rôle de "nourrice" en planquant chez eux les stocks de dealers de l’échelon supérieur. Certains suspects sont également impliqués dans la gestion de plantations de cannabis en Flandre.

Mercredi, un total de plus de 35 ans de prison (dont 64 mois à l’encontre de Tomasz K.) a été requis par le ministère public pour les treize prévenus. Deux audiences sont prévues pour les plaidoiries de la défense.