Brabant wallon Le ministre a avisé les autorités communales au sujet des dix éoliennes souhaitées par Electrabel

Ce 6 septembre, l’administration communale de Chaumont-Gistoux a reçu, du SPW, la notification de la décision prise sur le recours concernant la construction et l’exploitation de dix éoliennes par Engie - Electrabel d’une puissance unitaire maximum de 2,85 MW à Chaumont-Gistoux.

Le ministre Di Antonio a donc fait savoir que le permis unique était refusé. Du côté des autorités communales, le collège ne cache pas son soulagement sur la décision, après avoir, lui aussi, émis un avis négatif.

Pourtant, en face, 430 personnes ont signé une lettre en guise de soutien à ce projet…

Pour rappel, le projet consistait à construire dix éoliennes entre le village chaumontois et celui de Libersart sur le territoire de Walhain. Soit deux rangées de cinq éoliennes à l’ouest de l’autoroute E411, pour un montant total estimé à près de 40 millions d’euros.

Des engins s’élevant jusqu’à 130 mètres de haut qui devaient produire la consommation annuelle de 16.000 ménages. Soit bien plus que les communes de Chaumont-Gistoux et Walhain réunies.

Pour les autorités, plusieurs points ont amené au constat suivant : "L’intérêt actuel pour l’éolien et le besoin pressant de trouver les alternatives d’approvisionnement pour demain ne doivent pas exonérer les autorités de l’application du principe de précaution, dans la prise en compte des intérêts des citoyens."

Parmi les reproches, la proximité avec les habitations, sachant que la distance de minimum un kilomètre et demi par rapport aux habitations n’était pas respectée, ce qui faisait que le projet ne respectait pas le principe de précaution.

Autre inquiétude , la proximité avec la zone Natura 2000, qui était une source d’inquiétude. Et, enfin, l’interrogation sur la pertinence de proposer un projet sur une zone qui n’est pas reprise par le cadre de référence.