Brabant wallon

Après le succès des trois premières saisons, la série sur le refuge de Perwez revient.


La dernière saison de Chiens et chats sans collier, diffusée entre décembre et janvier dernier, avait fait un carton : les cinq épisodes avaient été vus par une moyenne de 313 000 téléspectateurs sur la RTBF. Le deuxième épisode avait fait deux fois plus d’audience qu’Inside Man sur TF1. La saison 3 a réalisé une part d’audience moyenne de 19,4 %, contre 19,3 % pour la saison précédente (qui avait été plus courte).

C’est donc naturellement que la société de production et la RTBF ont décidé de remettre le couvert cette année encore pour mettre en avant le quotidien des équipes du refuge perwézien. Le tournage se déroule en trois phases, les équipes ont tourné trois jours en juillet et trois jours en août et reviendront filmer en septembre. La date de diffusion n’est pas encore connue mais la série pourrait bien revenir sur nos écrans à la fin de l’année.

D’après le directeur du refuge, il faut s’attendre à quelques nouveautés dans les cinq épisodes de cette quatrième saison. "Il y aura de nouveaux personnages, on devrait suivre notamment un nouveau bénévole qui intègre l’équipe, nous confie Sébastien De Jonge qui ne peut en dire beaucoup plus pour le moment. Il y a une très chouette histoire et une autre triste, celle d’une adoption ratée. Il y aura un focus sur la médiation, où l’on verra tout ce que l’animal peut apporter et l’humanité qu’il y a derrière la défense de la cause animale."

Il va de soi qu’avec de telles audiences et trois saisons déjà diffusées, les retombées pour le refuge sont importantes. Le coup de projecteur qu’a apporté l’émission a évidemment accru la visibilité et a, du coup, multiplié les demandes d’adoption… mais aussi d’abandon.

"On a aussi de plus en plus de visiteurs qui viennent découvrir le refuge, poursuit le directeur. On construit l’avenir car c’est une masse d’adoptants potentiels, qui viendront adopter dans 5-10 ans. On a doublé notre fréquentation l’an dernier et accueilli 20 000 visiteurs alors qu’on en accueillait entre 4 000 et 5 000 à l’ancien refuge de Chastre. Les dons ont par ailleurs augmenté de 10 % en 2018."