Après les faits commis en 2012, le prévenu avait disparu. Il espérait la clémence…

Dans la nuit du 15 au 16 décembre 2012, un habitant de Nivelles s’est réveillé parce que deux hommes fouillaient la chambre où il dormait. Les deux intrus l’ont menacé avec un tournevis et l’ont obligé à descendre. Ensuite, la victime a passé un sale quart d’heure, les malfrats la maltraitant pour qu’elle livre le code de sa carte bancaire.

Ils sont finalement repartis en emportant une Rolex, deux GSM, les clés de la voiture, des bijoux, un appareil photo et de l’argent liquide. Vu l’extrême gravité des faits et la violence des auteurs, des condamnations lourdes ont été prononcées une fois les bandits identifiés.

Mais pour Yassine F., né en 1988 au Maroc et connu sous divers alias, il s’agissait d’une condamnation par défaut. Il avait disparu dans la nature en 2013, lorsqu’il a écopé de cinq ans. Depuis, il semble avoir refait sa vie. Mais, il y a quatre mois, il a été intercepté et mis en prison aux Pays-Bas.

Extradé vers la Belgique, il a fait opposition à la peine qui lui a été infligée, sans contester sa participation aux faits mais en affirmant que ceux-ci remontaient à une époque révolue, où il faisait partie d’une bande et consommait de la drogue. Son avocat avait suggéré à l’audience de le condamner à une peine de travail.

De quoi faire bondir le ministère public. " Ce n’est pas parce qu’on réussit à échapper à la justice qu’on oublie tout ! ", s’était indignée la substitute. Le tribunal partage manifestement cet avis : il confirme les cinq ans de prison ferme infligés, et a ordonné l’arrestation immédiate du prévenu.