Le 2 août 2018, une dame a fait appel à la police alors qu’elle se trouvait au funérarium de Wavre, où reposait le corps de sa mère. Elle a expliqué que son demi-frère, devant le cercueil, s’en était pris à elle et à une amie qui l’accompagnait. Il lui a fait une clé de bras pour la soulever de sa chaise et la faire sortir de la salle où se trouvait le cercueil de la défunte.

Sur place, les agents ont constaté que la victime avait des rougeurs au cou, et le médecin qui a examiné la dame a indiqué qu’elle avait subi plusieurs jours d’incapacité suite à ces faits de violence.

Le demi-frère s’est retrouvé sur le banc du tribunal correctionnel pour s’expliquer sur les faits. Il a précisé qu’il avait demandé à sa demi-sœur de partir, parce que son père voulait se recueillir devant le cercueil de son épouse. Elle a refusé, il l’a effectivement prise par le bras, mais d’après lui, sans vraiment faire usage de la force.

Cette version n’avait pas vraiment convaincu le ministère public, mais la substitut ne s’était pas opposée à une mesure de faveur.

Le jugement rendu mardi est plus sévère, soulignant la gravité des faits, les circonstances dans lesquelles la violence a été exercée et le peu de remise en question dans le chef du prévenu. Celui-ci écope de quatre mois de prison avec sursis, et d’une amende ferme de 480 euros.