Brabant wallon

Pour "transformer" Tubize d’ici 2024, 306 projets sont dans les cartons.

Ce lundi, lors de la traditionnelle séance du conseil communal, le collège de Tubize (PS, Ecolo, Défi) a présenté son plan stratégique transversal (PST). Concrètement, il s’agit d’un programme qui traduit la vision des autorités communales, à travers différents projets, tout au long de la législature.

Dans ce fameux PST tubizien, on retrouve pas moins de 306 projets. Impossible bien évidemment de les détailler tous ici, mais voici les principaux axes qui seront menés à bien par les autorités communales.

En tête de toutes les priorités, on retrouve… le climat. "Il est très important pour nous de mettre en place le plan climat, précise Michel Januth, le maïeur. L’objectif est de diminuer l’empreinte carbone de la Ville au travers diverses actions pérennes."

Au niveau de la petite enfance, le collège souhaite mettre à disposition du CPAS un terrain afin d’y construire une nouvelle crèche, sans oublier de développer des zones "enfants admis". "En règle générale, pour bénéficier d’une infrastructure sportive, il faut être membre d’un club. Nous voulons créer des espaces pour que les jeunes puissent faire du sport sans avoir cette contrainte de devoir être membres. On dispose des infrastructures scolaires pendant les vacances par exemple", complète Walter Baseggio, échevin des Sports. Toujours en matière de sport, on pointera l’intention de créer un terrain de padel et d’aménager des terrains de tennis couverts à proximité du stade Leburton.

Le déménagement du centre administratif vers le site Brenta est toujours bien d’actualité, comme les rénovations de l’église d’Oisquercq et du moulin de Saintes. En matière de nouvelle technologie, la Ville va enfin se doter d’une page Facebook officielle alors que les conseils communaux seront retransmis en direct pour fin 2020 au plus tard.

La sécurité fait bien évidemment partie des priorités de la législature et, pour se faire, la sécurisation de l’hypercentre est dans les cartons. "On va achever le plan caméras, augmenter la visibilité des agents de quartier et rendre la police plus visible en installant une antenne sur le plateau de la gare", ajoute Michel Januth. La réalisation du contournement Nord de Tubize sera aussi au centre de toutes les attentions, lui qui est très important en vue de désengorger un peu la cité du Betchard.

Enfin, dernier point , l’e-commerce a aussi été pris en compte… au niveau de la mobilité. "Nous allons développer une plateforme de distribution des colis. En résumé, ce sera une sorte de mur d’enlèvement où les gens, après avoir reçu un code, pourront venir chercher leurs colis. Quant à ceux qui ne peuvent pas se déplacer, nous prévoyons de mettre sur pied une navette, électrique si possible, qui fera les déplacements. De cette manière, on évitera que des gros camions se déplacent dans les rues pour livrer un Bic", conclut Michel Januth, qui précise que toutes ces actions sont planifiées à court, moyen et long terme, jusqu’en 2024 pour certaines.


Une piscine oui, mais d'apprentissage

Depuis de trop nombreuses années, les habitants de l’ouest du Brabant wallon sont en attente d’une piscine. Étant donné que le projet SportissimO prend l’eau, les autorités communales ont décidé de prendre le taureau par les cornes. Parmi les projets, on retrouve donc l’étude d’implantation d’une piscine. Mais une piscine un peu "spéciale." "Il s’agit d’une piscine d’apprentissage qui sera principalement destinée aux écoles, précise Michel Januth, le bourgmestre. La priorité sera donc mise du côté des enfants. Ce n’est pas normal qu’ils doivent aujourd’hui faire d’importants déplacements pour parfois passer dix petites minutes dans l’eau." À défaut d’une piscine "ludique", la cité du Betchard entend tout de même permettre aux plus jeunes d’apprendre à nager "à la maison" à l’horizon 2022.


"Neuf mois pour un plan sans réelle ambition"

Comme attendu, l’opposition a critiqué à souhait ce PST présenté lundi soir.

Au cours d’un conseil communal à n’en plus finir, les membres de l’opposition sont bien évidemment revenus sur ce PST qu’ils n’ont pas manqué de critiquer pendant de longues heures. "Il aura fallu neuf mois à la majorité tubizienne pour accoucher d’un plan sans réelle ambition", commence Benoît Langendries (RC).

Pour les membres du Renouveau Communal, ce Plan stratégique transversal est tout simplement rempli de titres accrocheurs "comme dans un programme électoral mais sans réelles ambitions novatrices." Et de pointer des "manquements" importants à leurs yeux quant aux priorités qui ont été accordées. "Des préoccupations citoyennes importantes sont absentes comme la problématique de la caserne des pompiers, le nécessaire dialogue avec les responsables du groupe Jolimont alors que la construction d’une nouvelle maison de repos n’est évoquée qu’en phase d’étude. Je pense également au besoin d’accueillir une nouvelle école secondaire ou encore à l’accès au logement pour les jeunes tubiziens."

De son côté, Pierre Pinte (MR) a passé en revue, durant un très long moment, tous les points de ce PST pour arriver à une conclusion faisant référence à l’art et au peintre René Magritte : "Ceci n’est pas un PST. Ce document n’est ni stratégique ni transversal. Il s’agit uniquement du fruit d’une négociation entre différents partis et non l’idée de prendre le meilleur de tout le monde. C’est loin d’être un projet commun et excitant."