Ce jeudi soir vers 20h30, deux personnes à bord d'une voiture ont été happées par un train, à hauteur du passage à niveau de Brye (Fleurus), à côté de Marbais.

Le bourgmestre de Fleurus, Loïc D'Haeyer, confirme : "il y a eu collision d'un train avec une voiture qui n'aurait, au conditionnel, pas respecté les feux du passage à niveau." Les deux personnes à bord sont décédées sur le coup : le véhicule a été traîné sur plusieurs centaines de mètres, du passage à niveau jusqu'au pont de Marbisoux. Deux personnes ont perdu la vie : Johan (52 ans), de Wayaux (Les Bons Villers), et Gérald (40 ans), de Charleroi. Le chien de Johan, qui répondait au nom de Douze, a été tué.

© DR

Une désincarcération par les pompiers de la Zone Hainaut-Est a été réalisée. Un technicien Infrabel a été envoyé d'urgence sur place, et le courant a été coupé sur la section du chemin de fer. La police des chemins de fer a également été dépêchée sur place, avec la police locale de la zone Brunau. Une enquête a été ouverte pour déterminer plus précisément les causes du drame, alors que le parquet est également attendu sur place dans la soirée.

À la suite du drame, le trafic ferroviaire sur la ligne 140 entre Fleurus et Ottignies a été interrompu, probablement pour toute la nuit, indique Infrabel. La SNCB a mis à disposition des voyageurs des navettes de bus. Ce vendredi matin, Infrabel a indiqué que des réparations devaient avoir lieu sur les rails, partiellement endommagés à la suite de la collision. Le trafic ferroviaire devrait revenir à la normale dans le courant de la journée de vendredi.

© FVH

Aucun dysfonctionnement constaté

Immédiatement après le drame, et sur demande du parquet de Charleroi, les premières vérifications ont été effectuées, notamment au niveau des feux de signalisation. D'après Infrabel, le système de signalisation du passage à niveau a parfaitement rempli son rôle. " Les barrières n'ont pas été arrachées", indique le porte-parole de gestionnaire de l'infrastructure ferroviaire belge. La thèse de l'imprudence est fortement évoquée et semble se confirmer selon les premiers mots du conducteur du train, en état de choc suite au drame. " Ce dernier n'a pas pu encore être officiellement entendu mais il indique avoir vu la voiture slalomer entre les barrières", détaille le parquet de Charleroi. Une version que confirme un témoin de l’accident sur les réseaux sociaux.

Seule l'enquête permettra définitivement d'établir les circonstances et les raisons de la présence du véhicule sur les rails.

Passionné de chevaux

Passionné de vieux tracteurs et de chevaux, Johan travaillait dans sa propre exploitation agricole à Wayaux (Les Bons Villers), où se trouve également un manège. "C'était un bon vivant, il aimait sortir et faire la fête. Il était toujours prêt à aider, il avait le coeur sur la main", nous confie un proche qui préfère rester anonyme.