Le 1er juin 2018, Liam, un habitant de Ramillies né en 1997, a écopé d’une lourde condamnation devant le tribunal correctionnel de Namur. Il a été condamné à cinq ans de prison pour une tentative de meurtre au couteau. Compte tenu de son jeune âge, un sursis probatoire lui a cependant été accordé pour la partie de la peine qui excède deux ans.

Et finalement, il n’est resté en prison que onze mois. L’idée était qu’une fois dehors, il réponde aux convocations de son assistante de justice et lui signale tout changement d’adresse, ne consomme plus de stupéfiants, ne commette évidemment plus de nouvelles infractions, et se mette sérieusement en quête d’un travail ou d’une formation.

Mais début septembre, il s’est retrouvé sur le banc des prévenus du tribunal correctionnel à Nivelles, pour voir ce sursis révoqué.

Où il a expliqué, sans rire, qu’il pensait avoir été condamné à trois ans de prison et avoir purgé le tiers. Quant à son assistante de justice, d’accord, il l’a laissée sans nouvelles mais il la juge trop sévère et sa demande principale lors de sa comparution était… d’en changer. Et le jeune homme de préciser au tribunal qu’elle le convoque trop tôt en matinée, et même pendant les vacances alors qu’il est jeune…

Et s’il devait rester en Belgique pour se conformer aux conditions, on sait qu’il est allé au Canada et au Cap Vert, alors que sa mère pensait qu’il était en Australie…

Le jugement est tombé mardi : le sursis est révoqué.