Natagora, qui avait introduit un recours contre la réalisation du contournement de Jodoigne, a finalement renoncé à la procédure : les recommandations de l’association ont été suivies pour la partie du tracé qui traverse le marais du faubourg Saint-Médard. L’emprise au sol de la nouvelle infrastructure sera limitée autant que possible, une connexion hydraulique entre les deux parties du marécage séparées par la route reste assurée, et trois “crapauducs” seront créés dans cette zone sensible.

“Nous nous sommes rencontrés : certains éléments soulevés par Natagora sont pertinents. Nous avons trouvé des convergences, pour que le projet soit un plus à la fois pour la mobilité à Jodoigne et pour l’environnement”, confirme le bourgmestre Jean-Luc Meurice.

Parmi les points de l’accord, on trouve la gestion du site du Pré Saint-Jean, une zone humide de 5,7 hectares appartenant à la Ville : pendant 30 ans (renouvelables), Natagora veillera sur ce site biologiquement intéressant où on trouve une cariçaie, une aulnaie, une prairie humide, un étang central à réhabiliter et des saules têtards.

Des plans de gestion seront élaborés, ce qui permettra de faire agréer la zone par la Région wallonne en tant que réserve naturelle. Le Pré Saint-Jean deviendra d’ailleurs, en importance, la troisième réserve naturelle du Brabant wallon pour Natagora. Bien que la zone sera protégée, des visites guidées seront organisées régulièrement, en particulier pour les groupes scolaires.