Louison Renault, au dernier conseil de police, a voulu savoir si les véhicules portant des plaques étrangères étaient contrôlés à Nivelles et Genappe, pour savoir si les conducteurs s’étaient pliés aux nouvelles obligations en matière sanitaire. Autre question posée par le conseiller socialiste, quelle est l’attitude des bourgmestres face au signalement de l’Aviq, lorsque les règles de testing et de quarantaine ne sont pas respectées par les citoyens.

En ce qui concerne les véhicules étrangers, les policiers n’ont pas pour mission de les intercepter systématiquement. La priorité en matière de respect des règles sanitaires, dans la zone, est plutôt mise sur le respect du port du masque, sur les mesures imposées aux commerces et sur l’interdiction des rassemblements.

Mais évidemment, si un conducteur venant de l’étranger tombe sur un contrôle routier "ordinaire", les policiers lui demandent de présenter les attestations qu’il doit être en mesure de fournir.

Quant aux signalements par l’Aviq pour des soucis de respect des quarantaines, les cas sont très peu nombreux. Pierre Huart, à Nivelles, a indiqué que son attention n’avait été attirée que deux fois depuis la mise en œuvre de cette disposition. Il a demandé à la police de se rendre au domicile des habitants mais en précisant qu’il y avait lieu de sensibiliser les intéressés, et pas d’y aller dans un but répressif. à Genappe, aucun cas problématique n’a été renseigné au maïeur Gérard Couronné.

Lorsque Louison Renault a demandé si les policiers constataient que les citoyens se montrent plus agressifs parce qu’ils ressentent mal une sorte de contrôle permanent de leurs faits et gestes, le chef de zone a précisé que l’approche privilégiée par la police locale est le dialogue et la compréhension, afin de faire passer le message au mieux.

Dans la plupart des cas, leur action est bien comprise par les habitants. À quelques exceptions près, il n’y aurait pas d’agressivité particulière ressentie sur le terrain.