Lors du conseil communal de Genappe de cette semaine, l’opposition a demandé à l’échevine de l’Enseignement, Stéphanie Bury, un petit point sur la situation dans les écoles communales confrontées à la crise sanitaire. Alors que cela se passait plutôt bien jusqu’à la mi-octobre, la situation s’est considérablement compliquée.

"On a dû jongler avec les remplacements au jour le jour, même heure par heure, a expliqué l’échevine. Mais actuellement, il est impossible de trouver des enseignants extérieurs pour des remplacements en classe. Tous les jours, les directions ont des réunions par vidéoconférence pour voir si on ferme ou pas les classes qui n’ont plus de titulaire. Les classes maternelles de l’école de Bousval ont été fermées une dizaine de jours et cette semaine, à Baisy-Thy, on a également dû fermer les classes de 4e, 5e et 6e primaires."

Les cas de Covid et les mises en quarantaine ont touché les enseignants mais aussi les directions, les secrétariats, les accueillantes ou encore le personnel logistique. Au total, plus de 25 % du personnel a été soumis à un test.

Pour les classes fermées, un suivi pédagogique est assuré avec des e-mails et des capsules vidéo, et des vidéoconférences en groupe ou individuelles ont été prévues pour les élèves en difficulté.

En ce qui concerne la prolongation de deux jours du congé de Toussaint, dans l’urgence, la commune a fait appel à l’ISBW pour accueillir les enfants dans les écoles. Dix-neuf demandes ont été enregistrées, et le tarif est de 7 euros par jour.