Tanguy Lambillon rêve de soulever la Coupe de Brabant dimanche au Machtens

Dimanche, Lasne Ohain s’apprête à écrire une nouvelle page de son histoire avec la finale de la Coupe de Brabant face à Bierbeek, dans l’enceinte mythique du stade Machtens. Une belle récompense pour cette équipe qui a brillé au fil des tours pour s’offrir ce moment unique et historique. "Les joueurs ont déjà réalisé un superbe exploit en se qualifiant pour la finale. S’ils parviennent à aller au bout, ce sera encore plus beau", débute Tanguy Lambillon, le président de Lasne Ohain.

Le club est d’ailleurs en pleine effervescence, quelques jours avant ce moment historique. "Les supporters sont en train de remplir les cars. Cent trente personnes ont déjà réservé leur place, mais je sais que de nombreux autres supporters iront par leurs propres moyens. Ils devraient être 300 au stade Machtens, tous motivés pour rivaliser avec leurs homologues de Bierbeek."

Sur le terrain, le président sait très bien que ce sera une tout autre affaire, face à une formation toujours en lice pour le titre en P1. Mais son équipe dispose d’une arme secrète : les tirs au but. En effet, lors des tours précédents, Lasne Ohain s’est à chaque fois qualifié aux tirs au but. Un scénario dont rêve tout le club pour cette finale. "Un match de Coupe est toujours différent des autres. C’est une saveur particulière, une rencontre où tout peut se passer. On s’en est à chaque fois sorti aux tirs au but, ce serait beau de prolonger la série en finale. "

Et pourtant, c’est un exercice que les joueurs ne semblent pas vraiment préparer aux entraînements. "Ils s’y essaient de temps à autre, mais ne s’entraînent pas spécifiquement pour ça. On doit reconnaître qu’on a eu beaucoup de chance, mais cette chance, il faut la provoquer. On doit aussi cette qualification à la force de caractère de tout un groupe. Même menés face à Aerschot et à Braine lors des tours précédents, ils sont parvenus à se qualifier."

Car la grande force de Lasne Ohain, c’est bien la solidarité. "Comment expliquer notre réussite cette saison ? On est reparti avec un groupe de 14 joueurs auquel on a ajouté quelques éléments qui se sont immédiatement fondus dans le moule. Pour sa deuxième année chez nous, Christophe Collaerts a pu travailler dans la continuité et est parvenu à faire grandir ses joueurs pour en former un groupe solide et solidaire comme j’en ai rarement vu."