En pleurs, une habitante de Court-Saint-Étienne a appelé la police, le 25 octobre 2019, pour expliquer qu’elle venait d’être frappée par son compagnon. Celui-ci lui avait dit qu’elle pouvait appeler, qu’il n’avait "pas peur des flics". En tout cas, il les connaît bien puisque le gaillard, à 46 ans, a été condamné par la justice…

En début d’après-midi, il a repris contact avec la victime mais ce n’était pas pour s’excuser. Au contraire, il lui a conseillé de ne pas rester dans son appartement, parce qu’il comptait bien y mettre le feu. Affolée, la dame a averti les autorités de ces menaces et par précaution, elle s’est réfugiée chez une voisine.

Et le même jour, peu avant 22 heures, les habitants de l’immeuble ont entendu un énorme bruit. Après avoir forcé la porte d’entrée du bâtiment, Sahin C. avait fait exploser celle de sa compagne. Les policiers sont arrivés très rapidement sur les lieux mais ils n’ont pas trouvé le prévenu. Il régnait une forte odeur d’essence sur place et dans l’appartement où la compagne du suspect avait trouvé refuge dans la journée, les agents ont trouvé une dame inconsciente, et son enfant était terrorisé.

Le Stéphanois a fini par être intercepté et présenté à une juge d’instruction. Devant celle-ci, il a tout nié. À le suivre, il n’a frappé personne et en ce qui concerne l’essence, son intention était en réalité de s’immoler par le feu.

Il a alors été prié de présenter les vêtements qu’il portait au moment des faits, afin de prouver ses dires. Ce qu’il n’a pas fait, et il n’est pas venu se défendre devant le tribunal correctionnel. Mercredi, il a été condamné à quatre ans d’emprisonnement ferme, et son arrestation immédiate a été ordonnée dans la foulée du prononcé du jugement.