La réhabilitation du site industriel Henricot II, dans le prolongement de Court Village, risque de prendre encore un peu de retard. Alors que le conseil communal avait autorisé la commune à négocier avec les propriétaires des parcelles situées le long de l’avenue des Métallurgistes, le groupe Oxygène a fait savoir qu’il introduisait un nouveau recours auprès du Service public de Wallonie.

C’est le second recours que le groupe d’opposition introduit dans ce dossier. Le premier avait provoqué en mars dernier l’annulation de la procédure d’acquisition des terrains par la commune, pour ensuite les revendre au promoteur Equilis, déjà à la manœuvre pour la première phase de Court Village. Oxygène estime qu’il reste encore beaucoup trop de nombreuses zones d’ombre et demande l’annulation du conseil communal du 27 août dernier.

Maryline Charlier pointe dans son recours l’absence de trois annexes (plan d'apurement, récapitulatif des montants dus et photos des tas d'immondices). "Il manque la décision du conseil communal d'autoriser le collège à procéder à une estimation des biens ainsi que la désignation d'un expert, poursuit-elle. Il manque le document qui atteste que la commune pourrait bénéficier d'une subvention de 1,3 million d’euros pour la dépollution. Enfin, il manque le permis d'urbanisme et d'environnement de l'exploitation d'un des locataires."

La conseillère communale relève par ailleurs que "la procédure concurrentielle d'attribution de service afin de désigner un notaire n'a pas encore abouti. Dès lors, le notaire qui devrait procéder à la négociation des compromis de vente n'est pas encore désigné. La décision de mandater le Collège pour négocier des compromis de vente est donc prématurée."

S.G.