Mardi en commission “Environnement” du Parlement wallon, le député CDH André Antoine a une nouvelle fois interpellé la ministre Céline Tellier sur le dossier de l’ancien couvent des Récollets, à Nivelles. L’élu brabançon wallon a rappelé à la ministre qu’en décembre dernier, lorsqu’il lui avait posé la question de l’inscription des arbres du parc sur la liste de sauvegarde, elle avait indiqué attendre un avis de son collègue Willy Borsus, en charge de l’aménagement du territoire, pour avancer dans la procédure.

André Antoine a également indiqué que dans l’intervalle, la Ville de Nivelles avait fait part de son intention de racheter le parc de l’ancien couvent au promoteur. Ce que le député a qualifié d’“ excellente initiative”, en précisant tout de même que les autorités locales ne disposent d’aucun moyen légal pour contraindre la société privée qui est propriétaire de lui céder cette parcelle de terrain.

Ne peut-on pas signer un arrêté d’expropriation pour sauvegarder et maintenir ce parc dans l’espace public ?”, a interrogé André Antoine.

En ce qui concerne le statut des arbres, la ministre a précisé que la procédure touchait à sa fin, mais qu’elle n’était pas terminée. Son collègue Willy Borsus a effectivement transmis un avis et à présent, l’administration doit mettre en forme un fichier reprenant l’ensemble des arbres qui doivent être repris.

Il est aussi apparu récemment que pour que la procédure soit inattaquable, ce classement à l’échelle de l’ensemble de la Région doit également être coordonné avec le ministre en charge de cette matière côté germanophone. La réunion pour régulariser ce point a eu lieu le 17 juin.

Quant à l’éventualité d’une procédure d’expropriation concernant le parc des Récollets, Céline Tellier a précisé que la ville de Nivelles est à la manœuvre pour l’instant. La Région wallonne suit le dossier de très près, mais il n’est pas question, à ce stade, d’interférer dans les rapports entre la Ville et le promoteur.

Vous êtes compétente pour le faire, a répliqué André Antoine. Ce qui permettrait d’enfin clore ce dossier tant attendu par les Nivellois.