Nous avons rencontré ceux qui travaillent dans l’ombre du scrutin communal

Ce dimanche, comme presque 300.000 Brabançons wallons, vous irez dans un bureau de vote pour élire bourgmestre, échevins et conseillers. Dans les bâtiments communaux ou les écoles, tout sera prêt pour réaliser votre devoir de citoyen : bulletins, urnes, enveloppes, isoloirs, crayons rouges…

Cette organisation millimétrée est en préparation depuis des semaines. À quelques heures du scrutin, nous sommes partis à la rencontre de ceux qui travaillent dans l’ombre, ceux dont on parle peu et sans qui l’élection ne pourrait avoir lieu.

Rendez-vous pris à Ottignies, hier, sur le coup de 16 h, à l’école Paul Delvaux. Alors que la dernière cloche de la journée a sonné, une poignée d’employés communaux est arrivée avec tout le matériel nécessaire sous l’œil bienveillant de Thierry Marcoux, chef du service travaux d’Ottignies. "Ici, nous allons installer les isoloirs dans trois classes suivant un plan bien précis, raconte-t-il. On privilégie les classes primaires, car le déménagement et la remise en place sont plus faciles que dans une classe de maternelle. Avant d’arriver, nous prenons une photo de chaque classe pour la remettre en ordre, presque au centimètre près le dimanche après-midi."

Thierry Marcoux organise sa troisième élection communale. Il est donc bien préparé. "Il y a six isoloirs en bois dans chaque classe dont un adapté aux PMR. Les urnes sont en plastique que l’on referme avec une tirette. Elles datent de 2014 !" Et un de ses hommes de lancer, hilare : "Et c’est beaucoup plus léger que les anciennes en bois."

L’installation s’est terminée aux environs de 22 h. Ce samedi, les présidents de bureau en recevront les clés. "Ils peuvent venir prendre possession des lieux et organiser leur bureau. Ensuite, l’État civil effectuera un contrôle, poursuit Thierry Marcoux. Les présidents reviendront ensuite dimanche, dès 7 h 30 avant l’arrivée des électeurs."

Demain, dès 14 h, le dépouillement se fera sous la houlette du directeur général de la Ville, Grégory Lempereur. Les urnes pour les élections provinciales partiront, elles, du côté de Wavre via les services communaux.