Des tensions seraient nées entre Culturespaces et l’intercommunale Bataille de Waterloo

WATERLOO La belle idylle entre la société française Culturespaces et l’intercommunale Bataille de Waterloo 1815 est-elle en passe de se terminer ? La question mérite d’être posée tant les relations entre les deux entités se sont détériorées ces derniers temps. Culturespaces gère le site de la butte du Lion en concession pour le compte de l’intercommunale Bataille de Waterloo 1815 depuis 2004 et, ces derniers mois, des tensions sont apparues.

Jusqu’à arriver au point de rupture ? Selon une source proche du dossier, Culturespaces – qui gère d’autres attractions historiques en France comme les arènes de Nimes ou les châteaux des Baux de Provence – ferait preuve de problèmes de rentabilité à Waterloo, notamment depuis le début des travaux de réhabilitation du site de la bataille.

Vu ce manque à gagner imputé aux travaux, la société française aurait demandé de renégocier le contrat qui la lie à l’intercommunale Bataille de Waterloo 1815. Laquelle, toujours selon notre source, y serait opposée et serait en passe de casser le contrat qui la lie à Culturespaces. L’intercommunale reprendrait alors temporairement la gestion du site. Pour six mois minimum, dit-on.

La question a été récemment abordée en conseil d’administration et les avocats des deux parties sont sur le coup. Mais, pour des raisons évidentes de confidentialités, aucune des deux parties ne tient à réagir publiquement sur le dossier. “Il existe des discussions avec Culturespaces, comme avec n’importe quel autre partenaire , admet toutefois Nathalie du Parc Locmaria, la présidente de l’intercommunale. Il n’y a pas de soucis de paiement, pas de soucis qui portent à conséquence et aucune décision juridique n’a été prise. Il est beaucoup trop tôt pour parler de quoi que ce soit…”

Et la présidente d’indiquer que les travaux de réhabilitation du site de la Bataille de Waterloo avancent bien. Au total, les travaux de réhabilitation du site de la bataille se monteront à 28 millions. Objectif : renforcer l’attractivité touristique du champ de bataille qui accueille, chaque année, plus de 300.000 visiteurs par an. À terme, l’objectif est d’attirer, annuellement, pas moins de 500.000 visiteurs sur le site.



© La Dernière Heure 2013