Lors du conseil communal de cette semaine, les élus du Lothier se sont prononcés sur un règlement complémentaire de circulation, relatif à de nouvelles places de parking le long de la rue de Charleroi. Il s’agit en effet de l’espace libéré suite à la démolition des trois anciens commerces qui étaient situés au coin de la rue Mintens: les bâtiments ont cédé la place à un petit parking que la Ville vient d’aménager.

Le règlement instaure une durée de stationnement limitée à 60 minutes, comme c’est le cas depuis 2019 pour les autres places situées dans l’hyper-centre. "C’est cohérent avec les règles appliquées pour les autres emplacements situés dans l’espace public", a confirmé le bourgmestre Gérard Couronné.

Cohérent sans doute mais pour Tiffany Fevery (PluS), cette durée n’est pas suffisante. La conseillère socialiste a rappelé que dans le passé, elle avait déjà demandé que la mesure prise en 2019 soit évaluée. Parce que si 60 minutes suffisent pour faire quelques achats dans une librairie, à la boucherie ou dans une pharmacie, cela se complique pour ceux qui voudraient profiter des restaurants du centre, aller boire un verre ou se rendre chez un coiffeur.

"Je ne dis pas que tu as tort, a répondu le bourgmestre. Mais en dehors de la zone bleue, nous avons suffisamment d’emplacements sur la plaine communale et à la rue de la Station. Quand nous avons adopté cette règle des 60 minutes, il y avait un consensus avec les commerçants. Rien n’empêche d’en reparler mais il faudra faire une nouvelle enquête auprès d’eux."

Ecolo a rejoint les arguments de Tiffany Fevery mais Carine Messens, l’échevine en charge de la mobilité, a précisé de son côté que le système des 60 minutes en centre-ville engendrait une « belle rotation » des véhicules sur les emplacements de stationnement, à la satisfaction des commerçants puisqu’il y a par ailleurs des parking de délestage proche du centre. Lors du vote, seule la conseillère socialiste s’est abstenue.