Les réseaux sociaux charrient quotidiennement leur lot d’aigreur, de solutions soi-disant faciles à des problèmes complexes, voire de contre-vérités. Mais parfois, les préoccupations affichées par certains citoyens valent le coup d’être relayées et prises en compte. Ainsi, il y a quelques semaines, un Nivellois a partagé des photographies de boîtes aux lettres de la Poste, qui servent encore dans le centre-ville mais se trouvent dans un triste état.

Rien à voir avec ces boîtes métalliques cubiques accrochées à certaines façades : il s’agit de modèles bien plus anciens, posés sur le trottoir et qui donnent un certain cachet à la rue. Ou plutôt qui donnaient, vu l’état assez déplorable de ces boîtes attaquées par le temps.

Le message a attiré l’attention du bourgmestre Pierre Huart.

" Même si elles n’ont peut-être pas beaucoup de valeur, je trouve que ces boîtes font partie du petit patrimoine à sauvegarder, confirme le maïeur aclot. Ce sont les témoins d’une certaine époque. Je pensais qu’il en restait trois en ville mais après vérification, il y en a encore deux : une dans la rue de Mons, et une au faubourg de Charleroi ."

Estimant dès lors que l’appel du citoyen aclot pour qu’on rénove ces boîtes méritait d’être répercuté auprès de bpost, le maïeur a contacté un responsable de l’entreprise pour lui demander s’il y avait moyen de faire quelque chose.

La réponse est arrivée assez rapidement et, bonne nouvelle pour ceux qui aiment retrouver des traces du passé en se promenant en ville, elle est positive. Avec une petite nuance : la rénovation des deux boîtes sera bien mise en œuvre mais le courrier de bpost précise que vu cette période automnale peu propice à de tels travaux, il faudra un peu attendre.

Pierre Huart a remercié de cette réponse favorable sans pouvoir s’empêcher de glisser une petite taquinerie typiquement aclote : il a glissé que Nivelles bénéficie d’un micro-climat particulièrement clément…