Une puéricultrice de la crèche a donné l'alerte avec, à l’appui, des vidéos tournées à l’insu de sa collègue.


En janvier 2018, n’en pouvant plus des mauvais traitements infligés aux enfants par sa collègue, une puéricultrice d’un lieu de co-accueil à Jodoigne a donné l’alerte par un courriel à l’ONE, ce qui a déclenché une inspection, et a également déposé plainte. Avec à l’appui de sa démarche des vidéos tournées à l’insu de sa collègue, pour montrer comment celle-ci s’y prenait avec les enfants âgés de six mois à deux ans.

Certaines séquences ont été projetées durant l’audience du tribunal correctionnel. On y voit l’accueillante crier sur les enfants, et placer en punition une petite fille qui pleure dans un hall non chauffé, en plein mois de janvier. La fillette avait souffert d’une pneumonie peu avant, et la puéricultrice lui crie que cette maladie ne lui a pas servi de leçon.

Au moment de nourrir les enfants, ceux qui se montrent réticents sont "gavés" : la prévenue leur pince le nez pour les obliger à ouvrir la bouche, et y plonge une cuillère de nourriture.

Une partie des parents qui avaient confié leur enfant à l’intéressée se sont constitués partie civile. Ils ne se doutaient pas des mauvais traitements infligés. Lors de la projection des images, certains ont préféré sortir pour ne pas voir ça. "Je suis désolée, je ne me souviens pas. je suis encore choquée de mon comportement. Je ne comprends pas comment j’ai pu en arriver là", a-t-elle expliqué, en larmes. La défense plaide l’acquittement en évoquant les effets du burn-out.

Ce n’est pas l’avis du ministère public, qui a requis vingt mois de prison avec un sursis probatoire. Jugement le 7 janvier.