"La Fédération des étudiants francophones (FEF), l'Assemblée générale des étudiants de Louvain-La-Neuve, le corps scientifique et des académiques de l'UCLouvain dénoncent la décision arbitraire dont Junior Masudi Wasso a été victime le 18 septembre et appelle la communauté universitaire à se lever face à l'annonce de son expulsion", peut-on lire jeudi dans le communiqué.

Doté d'un VISA D valide jusqu'en mars 2022, Junior Masudi Wasso a été interpellé par la douane à son arrivée à l'aéroport de Zaventem "car il n'aurait pas été en capacité de répondre à des questions en lien avec le cursus dans lequel il est valablement inscrit au sein de l'UCLouvain", précise la FEF. L'étudiant a ensuite été envoyé en centre fermé Le Caricole de Steenokkerzeel.

"Cette situation, en plus d'être absurde, est profondément injuste", constate la FEF, qui réclame un sursaut du monde politique et de la direction de l'UCLouvain.

"Nous appelons le reste de la communauté universitaire, et singulièrement les autorités rectorales de l'UCLouvain, à faire tout ce qui est en leur pouvoir pour défendre Junior Masudi Wasso, notamment en interpellant monsieur Sammy Mahdi, secrétaire d'État à l'Asile et la Migration. Nous appelons également madame Valérie Glatigny, ministre de l'Enseignement supérieur, à prendre position dans ce dossier et à son tour à interpeller le Secrétaire d'État", ponctue-t-elle.