Des fouilles ont permis d’attester l’existence de fours à briques et d’un tisserand à la rue des Fossés

Depuis plusieurs semaines, Frédéric Heller, archéologue du service public de Wallonie, a installé un chantier de fouilles à la rue des Fossés à Jauchelette. "Un permis de lotir a été déposé pour ce terrain. Comme il fait plus d’un hectare, on organise des fouilles pour pouvoir sauver d’éventuels vestiges. C’est de l’archéologie préventive", précise-t-il.

Pour savoir si des trésors archéologiques sont enfouis sur cet endroit, il a donc fait des tranchées et étudié les variations de la couleur de la terre. "Même si tout a disparu, les perturbations du sous-sol sont toujours visibles", explique l’archéologue.

Lequel a ainsi pu déterminer que des fours à briques y ont été construits, à la suite de la découverte de cette couleur ocre caractéristique : "Il y a eu ici trois fours à briques construits à différents moments au XVIIIe siècle. Nous avons même retrouvé une brique entière que ces fours ont fabriquée."

Grâce aux dimensions précises de celle-ci et à sa texture lisse particulière, l’archéologue peut affirmer qu’une maison du village a été fabriquée avec des briques de cette époque. "Il doit certainement y en avoir d’autres, mais je les cherche encore", nous raconte-t-il.

Ces fouilles ont révélé d’autres secrets comme la présence sur ce terrain d’un artisan du tissu. "En creusant, des trous de poteau ont été mis au jour. Avant le XIIe siècle, on plantait des poteaux en bois dans le sol pour porter des bâtiments. C’est ainsi qu’on peut affirmer la présence d’une maison qui date de l’époque médiévale. Elle devait probablement abriter l’activité d’un tisserand, car on a aussi retrouvé à proximité une fosse à rouir, qui servait pour la fabrication de tissu et une structure en forme de T, caractéristique d’un métier à tisser."

Le chantier devrait durer jusqu’en septembre. Il permettra probablement d’en apprendre plus encore sur la vie passée de Jauchelette.