Mardi soir, lors du conseil de police, German Dalne (MR) a évoqué les troubles causés par quelques personnes qui errent en ville, assez souvent en état d’ivresse, et qui ont l’habitude d’importuner les passants. Le conseiller a précisé que lui-même avait déjà été menacé de mort parce qu’il est mandataire communal, et il a déposé plainte.

Mais il considère qu’il est temps de passer à des mesures fortes pour en finir avec ce type de comportements, qui génèrent un sentiment d’insécurité dans la population. Alors que dans le chef des auteurs, arrêtés de multiples fois, relâchés rapidement et pratiquement jamais poursuivis par le parquet, c’est plutôt un sentiment d’impunité qui semble prévaloir…

Germain Dalne a suggéré que soit appliqué un article de la nouvelle loi communale permettant l’interdiction de lieu. À la suite de troubles répétés, on peut interdire à un auteur, pour un mois, de se trouver dans un périmètre précis. Cette interdiction est renouvelable deux fois, et assortie de sanctions administratives.

Le bourgmestre Pierre Huart a précisé que ce type de mesure n’est pas de la compétence de la police, mais de la commune. Et à Nivelles, on réfléchit depuis plusieurs semaines à une mise en œuvre pour certains individus et quelques lieux comme la place Peduzzi.

Il y aura aussi un volet préventif, avec un suivi social des personnes, dans l’action qui se prépare. Si ces deux aspects sont conjugués, le chef de zone estime que l’interdiction de lieu peut être un outil intéressant.