Après deux incendies criminels en deux nuits, la riposte s’organise à Villers.

Dans la nuit de dimanche à lundi, deux hangars agricoles sont partis en fumée à la limite de Court-Saint-Etienne et de Villers-la-Ville, avec de fortes suspicions d’incendie criminel. Et la nuit suivante, c’est un énorme stock de paille, de plusieurs centaines de mètres cubes, qui a pris feu dans la campagne, du côté de Marbais.

"Vers 3 h 30 du matin, on a tambouriné à ma porte : c’était la police qui m’a appris qu’une meule de paille était en feu à quelques centaines de mètres, raconte le bourgmestre villersois Emmanuel Burton. Les policiers pensaient que c’était à moi mais ce n’était pas le cas. Au milieu des champs, il n’y a ni électricité, ni moteur : ça ne peut qu’être criminel. Même un mégot jeté par mégarde ne peut pas provoquer ça, vu le temps très humide."

La route a dû être coupée une partie de la journée pour faciliter l’intervention des pompiers et réduire les risques pour les usagers, les fumées limitant la visibilité. Par ailleurs, la meule se trouvant près de la route, une partie du tarmac a fondu.

Le maïeur villersois a lancé un appel sur les réseaux sociaux en espérant que quelqu’un ait vu le pyromane ou soit en possession d’une information qui permette de remonter jusqu’à lui. Mais il a également demandé que dans la journée d’hier, l’ensemble des stocks de paille et de foin présents sur le territoire communal soient recensés. Aussi bien ceux qui restent à l’intérieur que ceux qui sont à l’extérieur des fermes ou des manèges.

"Ce relevé a été transmis à la zone de police Orne-Thyle, qui prendra les mesures qui s’imposent dès la nuit prochaine, affirme Emmanuel Burton. Il y avait eu des précédents à Chastre, puis Court et maintenant Villers : on ne va pas rester sans réaction…"