Il est déjà arrivé à plusieurs reprises que le territoire de Nivelles serve de terrain d’exercice pour la Défense. Ce sera encore le cas du 20 au 22 avril, dans un contexte sans doute un peu plus stressant pour la population puisqu’on sait désormais qu’une guerre est en cours aux portes de l’Europe, et que des réfugiés fuyant les combats ont trouvé refuge chez nous, en Brabant wallon et aussi en terre aclote.

Aussi, la Défense a pris le soin de communiquer à l’avance sur l’organisation de ces prochaines manœuvres, qui impliqueront le 2e bataillon de commandos. L’exercice a été baptisé Némésis et le thème retenu pour ces entraînements sera l’exécution d’opérations à caractère spécial en terrain civil. Il s’étendra à plusieurs régions : Chièvres, Tournai, Binche, Nivelles et Morlanwelz.

Environ 250 commandos du 2e bataillon devront "s’insérer"  dans ces territoires, ce qui impliquera notamment des sauts en parachute et des atterrissages d’assaut.

"Dès la mise à terre des différents éléments, ces derniers rejoindront et établiront un dispositif de sûreté dans une zone bien déterminée, à partir de laquelle ils prépareront leur future mission, indique un communiqué de presse de la Défense. Des actions directes seront ensuite exécutées sur différents objectifs. Suivra une phase d’exfiltration."

Ce qui n’est pas encore très précis mais on sait que ce bataillon de commandos sera appuyé par des moyens aériens comme les nouveaux avions A400M et des hélicoptères de type NH90 ou A109. Il est aussi questions d’utilisation de zodiacs motorisés, sans doute sur les canaux.

Ces commandos belges seront cette fois renforcés, pour les manœuvres annoncées, par un détachement du 8e régiment parachutistes d’infanterie de marine de l’armée française. "Ce partage d’expérience avec nos camarades français nous permettra de développer et pérenniser davantage notre interopérabilité avec les unités militaires européennes", confirme la Défense dans un style… fort militaire.

" Extraction du bourgmestre via hélicoptère"

Concrètement, des sauts en parachute sont prévus dans la région d’Estinnes et de Nivelles le 20 avril. Le lendemain sera consacré à la préparation des autres phases de l’opération et le programme communiqué annonce pour le 22 avril des actions directes à la poste et à l’hôtel de ville de Nivelles, ainsi que "l’extraction du bourgmestre de Nivelles via hélicoptère".

Pierre Huart confirme l’accord donné par la Ville pour ces opérations : "La Défense vient régulièrement à Nivelles, je pense qu’un des organisateurs des exercices connaît bien la région et a d’ailleurs fait une partie de ses études au collège Sainte-Gertrude, explique le maïeur aclot. Comme la Pharmacie militaire est installée sur notre territoire, elle peut aussi servir de base pour les participants. C’est intéressant que l’armée vienne s’entraîner chez nous, et cela se passe toujours très bien. En ce qui concerne cette exfiltration à partir de l’hôtel de ville, je ne peux rien en dire à ce stade, parce qu’il y a plusieurs scénarios possibles".