Les faits sont fermement condamnés par la cheffe de corps de la zone.

Le week-end a été mouvementé à la zone de police d'Orne-Thyle (couvrant les communes de Chastre, Court-Saint- Etienne, Mont-Saint-Guibert, Villers la Ville et Walhain). Outre les 40 P.-V. dressé pour non-respect des règles de confinement, un incident est survenu dans la nuit de dimanche à lundi, vers 1 heure. Alors qu'une patrouille contrôlait un véhicule avec quatre personnes à bord, deux pavés ont été lancés à l'arrière du combi de police, brisant la vitre de celui-ci. Le(s) auteur(s) a (ont) pris la fuite.

Les faits sont fermement condamnés par la cheffe de corps de la zone. "On condamne ce genre d'agissements de manière générale mais particulièrement en cette période, explique Sylvie Delvaux. Le but n’est pas d’ennuyer les gens mais d’éviter la propagation du virus. Si les gens deviennent agressifs et violents, ça ne va pas. Ce genre d'acte est révélateur de l’inconscience de certaines personnes. Ça ne nous amuse pas de faire des contrôles, lors desquels les policiers prennent des risques. Tout le monde voudrait que les règles soient respectées. J’ai lu sur Facebook qu’une personne se disait fâchée parce qu’un policier n’avait pas de masque. Mais les policiers ne sont pas obligés de le faire. Certains d'entre eux se sentent comme de la chair à canon."

Quant au respect des règles de confinement, la zone de police reconnaît avoir dressé peu de P.-V. par rapport à d'autres zones du Brabant wallon. Elle n'en a en effet dressé "que" 90 dans le cadre de la législation spécifique Covid-19. Mais avec le week-end ensoleillé, la police a dû dresser 40 P.-V., principalement pour des rassemblements, soit près de la moitié du nombre de P.-V. dressés depuis le début du confinement.