Après deux saisons complètement pourries, le printemps 2013 n’était pas des plus prometteurs pour le vignoble reconstitué par la Confrérie du vignoble de l’abbaye de Villers. Le soleil de l’été et du mois de septembre a très largement compensé et samedi, ce sont près de trois cent kilos de Regent qui ont été récoltés sur les terrasses dominant le site cistercien.

Au niveau quantité, on a connu mieux. Mais la qualité, elle, était au rendez-vous : sur place, l’équipe évaluait les pertes à 1 %, pas plus, après le traditionnel tri sur table dans l’enceinte du vignoble, qui a pour but d’écarter tous les grains présentant un problème. À la vue déjà, le raisin était impeccable. Et en bouche, il confirmait tout son potentiel.

Sucré, croquant , le petit goût de fruit rouge recherché, tout y était. Même le taux d’alcool, mesuré aux alentours de 11 degrés. Une récolte la semaine prochaine aurait fait craindre une détérioration.

Samedi matin, avec la pluie qui s’était arrêtée la veille au soir, toutes les conditions étaient réunies pour de belles vendanges.

L’équipe "viticulture" de la confrérie a donc mené sa mission à bien, et elle a passé officiellement le relais à l’équipe "vinification" après le tri des grappes. Pression maximale sur le maître de chai et ses aides, à présent : avec une matière aussi prometteuse, il ne s’agit pas de se louper…

Si tout se passe au mieux, dans quelques mois, les 300 kg de Regent récoltés samedi se transformeront en quelque 250 bouteilles de vin de Villers. Et comme pour la première fois, les confrères utiliseront le chai qui a été inauguré cet été dans l’ancienne grange des moines, il s’agira d’un véritable vin d’abbaye, récolté puis vinifié sur le site cistercien.

Avant d’en arriver là, il faut encore que le raisin passe quelques étapes, sous les yeux attentifs des passionnés que sont les membres de la confrérie. Comme les précédentes, la cuvée 2013 sera vendue au verre, lors des divers événements organisés dans l’abbaye.