Brabant wallon L'UCLouvain porte plainte après avoir découvert ces tags à l'encontre de kots à projets.


L'Assemblée Générale des étudiant.e.s de Louvain (AGL) a dénoncé mardi des tags haineux découverts sur les murs de la Petite Casa, une salle de fête estudiantine bien connue de Louvain-la-Neuve. Ces tags visent clairement trois kots à projets : le Kap Angela (féministe), le Migra Kot et le Kot des Droits de l'Homme.

"Nous avons réagi en dénonçant fermement ceux-ci et appelons à l'unité face à de tels symboles, a réagi l'AGL. Les insultes sexistes, racistes et croix gammées ne peuvent être banalisées. Elles n'ont pas leur place dans la société, et surtout pas à l'université. Ces insultes sont contraires aux valeurs portées par la communauté étudiante, valeurs d'ouverture, d'égalité, de respect de l'autre et de tolérance. Nous allons mener une réflexion avec les principaux-ales concerné-e-s afin d'amener la réponse la plus adéquate à cette situation, toujours dans l'unité."

De son côté, l'UCLouvain a fait savoir qu'elle portait plainte. "Les services internes de gardiennage de l’UCLouvain ont immédiatement ouvert une enquête, annonce l'université dans un communiqué. D’après les premiers éléments recueillis, ces trois inscriptions ont été faites dans des circonstances et à des moments différents. L’UCLouvain condamne avec la plus grande fermeté toute expression de racisme, de discrimination ou de haine. L’université poursuivra les auteur·es lorsqu’ils·elles seront identifié.es. L’université se sent touchée dans ses valeurs par ces dégradations et réaffirme son soutien aux trois kots-à-projets ciblés. Ceux-ci portent des thématiques (droits humains, égalité femme-homme, accueil des migrant·es et des réfugié.es) qui sont chères à l’UCLouvain, essentielles et pour lesquelles elle s’engage activement."

© DR

© DR

© DR