Le 10 septembre 2020, une femme a été frappée par son compagnon, à Nivelles. Un témoin s’est fait connaître auprès de la police mais Tanguy V., entendu par les enquêteurs, a affirmé qu’il n’avait rien fait. D’accord, il y avait eu une dispute entre lui et sa femme, au retour d’une soirée arrosée à Braine-l’Alleud. Mais c’est l’alcool qui a fait que cette dame n’arrêtait pas de tomber, de se relever, de tomber encore…

D’où les blessures importantes qui ont été constatées. Pourtant, un urgentiste qui est intervenu a estimé que les lésions dont souffrait la victime n’étaient pas compatibles avec une chute. Le témoin, lui, avait décrit un homme donnant des coups de poing et des coups de pied, et tirant la victime par les cieux…

“Les photos sont très violentes, a commenté le ministère public à l’audience. On voit madame dans une mare de sang, la tête au sol sur un trottoir. Le prévenu a déjà un antécédent de même nature : en appel, il a bénéficié d’une mesure de faveur à condition de suivre une formation spécialisée. Au juge d’instruction, il a dit que cette formation ne lui avait servi à rien !”

À l’audience, Tanguy V. a répété qu’il ne voyait pourquoi il devrait être puni pour quelque chose qu’il n’a pas fait. “Je n’ai pas frappé, a-t-il répété. D’ailleurs, je n’avais pas de trace sur les mains.”

Ses arguments n’ont manifestement pas convaincu. Compte tenu de ses antécédents, il a écopé lundi de deux ans de prison ferme et d’une amende de 1600 euros.