Des passerelles ou des ascenseurs inexistants, des escaliers à foison, l’accessibilité des deux gares pour les PMR est jugée "scandaleuse".

"Jean Vanderbecken avait déjà mis sur pied une action en 2016, mais depuis rien n’a changé et rien n’a été fait pour les PMR, déplore Amandine Honhon, conseillère communale Écolo. Avec notre groupe, on propose dès lors de passer à l’action. D’abord en envoyant un courrier à Infrabel, puis en organisant une action publique, tous partis confondus pour faire bouger les choses. Ça ne peut tout simplement plus durer." Une proposition accueillie avec enthousiasme par l’ensemble des partis politiques et qui devrait dès lors voir le jour incessamment.

Et c’est tant mieux, car prendre le train à Genval ou à Rixensart s’apparente à un véritable parcours du combattant, jugez plutôt. "À Genval actuellement, les PMR qui voudraient se rendre à Ottignies ne le peuvent tout simplement pas, continue Amandine Honhon. Car il n’y a que des escaliers pour se rendre sur les quais (ou les quitter). Dans l’autre sens, pour aller vers Bruxelles, il n’y a pas d’escalier, mais aucune infrastructure PMR n’existe réellement."

Pire encore : la situation des navetteurs PMR qui viennent de Bruxelles et souhaitent descendre à Genval. "Ils ne peuvent tout simplement pas descendre car ils sortent du côté des escaliers, précise encore la conseillère Écolo. Ils doivent alors aller jusqu’à Ottignies et refaire machine arrière, c’est tout simplement scandaleux." Sans oublier que ces navetteurs doivent acheter un nouveau ticket s’ils ne possèdent pas d’abonnements…

Du côté de la gare de Rixensart, ce n’est guère plus brillant. "Une passerelle existe bien pour les PMR, explique Vincent Garny, l’échevin de la Mobilité. Mais à cause des travaux, elle est régulièrement fermée au moyen de barrières pour permettre aux engins de circuler. Et aucune alternative n’est proposée."

Ni pendant la durée des travaux, ni en attendant la construction d’ascenseurs pour PMR… qui accusent en outre un nouveau retard. "On a appris au détour d’une réunion pour la gare des Tec, qu’il y aurait un nouveau retard sur les plannings. En principe, ces ascenseurs qui étaient annoncés pour novembre ou décembre prochain sont désormais prévus pour mai 2020. C’est limite un scandale public. On tape sur le clou régulièrement, mais ils ne font rien."