Brabant wallon Le prévenu a frappé sa compagne au ventre, au visage et lui a fracassé une tablette sur la tête.

Les six ans de prison ferme dont a écopé en 2003 Emmanuel, un Nivellois né en 1983, ne l’ont pas vraiment fait rentrer dans le droit chemin. Après cette lourde peine infligée pour des vols avec violence, les condamnations se sont enchaînées. Pour une histoire de stups en 2009, pour des coups et blessures volontaires en 2012, pour rébellion et menaces en 2015, pour entrave méchante et rébellion encore en 2018…

Et il se retrouvait à nouveau sur le banc des prévenus du tribunal correctionnel, il y a quelques semaines. Des voisins avaient appelé la police, le 20 mars dernier, en entendant les bruits d’une violente dispute dans l’appartement de l’intéressé, rue de Mons. Les agents, une fois sur place, se sont aperçus que des meubles étaient cassés et que la compagne d’Emmanuel avait le visage en sang.

Le fils de la victime a expliqué que sa mère voulait partir mais que le Nivellois l’a rattrapée, et lui a mis un coup de pied dans le ventre. Lorsqu’elle s’est relevée, elle a pris à nouveau un coup de pied, au visage cette fois. Puis son agresseur a pris une tablette électronique et l’a fracassée sur sa tête, d’où cette blessure ouverte au front, qu’il a fallu suturer à l’hôpital.

Entendu par les intervenants, Emmanuel a nié. D’accord, il y a eu une dispute, le ton est monté et il s’est énervé. Mais il n’a pas frappé et n’a d’ailleurs pas vu de sang…

Sur le banc des prévenus du tribunal correctionnel, la mémoire lui est un peu revenue. En réalité, chacun tirait de son côté sur la tablette, il a lâché d’un coup et sa compagne s’est blessée. Mais c’était un simple accident. La victime a d’ailleurs indiqué par la suite qu’elle avait un peu exagéré dans sa description des faits.

"Ben oui, elle veut sauver sa peau, hein", a fait remarquer le ministère public à l’audience.

Le jugement vient de tomber : 18 mois de prison ferme.