En 2019, Aurélie et Jordan avaient plongé dans l’enfer de la dépendance aux drogues dures. Une addiction qui coûte cher et pour obtenir de l’argent, les deux jeunes gens avaient trouvé un filon qu’ils ont exploité durant plusieurs semaines, principalement dans la région de Jodoigne et de Hannut.

Ils abordaient les gens en rue avec des prétextes justifiant un besoin d’argent liquide urgent. Ils ne manquaient pas d’imagination et trouvaient manifestement les mots pour essuyer peu de refus. Ainsi, Aurélie disait avoir perdu son sac à main et se retrouver sans un centime pour rentrer chez elle, ou expliquait qu’elle devait payer un taxi pour conduire son enfant malade chez un médecin.

Il y avait aussi les avanies avec des cartes bancaires, soi-disant volées, perdues ou avalées par le Bancontact. Jordan, lui, se retrouvait sans le sou devant une pharmacie alors qu’il devait acheter des médicaments pour leur enfant, ou devait se rendre de toute urgence chez un vétérinaire parce que son chien était victime d’empoisonnement…

Les deux jeunes montraient aux victimes leur GSM et utilisaient l’application ING pour verser immédiatement depuis leur compte la contrepartie de ce que les bons Samaritains leur avançaient en cash. Sauf que c’était la version "démo" et que le paiement n’était pas effectif. Cela a fonctionné à 19 reprises !

Des peines de 18 mois de prison pour lui (en récidive) et 150 heures de travail pour elle ont été requises. Jugement le 21 avril.