Brabant wallon

BOIS-SEIGNEUR-ISAAC

Un distributeur automatique et malin à la ferme Pussemier

AGRICULTURE Agnès Renaix, cliente de la ferme Pussemier depuis plus de vingt ans pour ses produits frais, ne doit plus attendre les heures d’ouverture du magasin ouvert dans l’exploitation pour acheter son lait frais.

Le distributeur automatique installé depuis quelques semaines devant l’exploitation lui permet de se réapprovisionner à n’importe quelle heure, dimanche compris. “Mes six enfants ne boivent que ce lait-là, ce n’est pas la peine de leur en proposer de l’autre, à part pour faire les crêpes. Et encore…”

D’autres consommateurs ont changé leurs habitudes. Ainsi, tôt le matin, certains passent pour remplir plusieurs bouteilles et approvisionner leurs collègues.

D’autres repassent avec les enfants, une fois l’école finie. “Globalement, ce sont de nouveaux clients qui utilisent le distributeur” , estime Eddy Pussemier. “Parce que le volume de lait que nous vendons directement dans le magasin ne diminue pas.”

Aujourd’hui, alors qu’aucune publicité n’a encore été faite autour de ce mode de distribution de lait cru, le débit moyen dépasse les 30 litres par jour. Pas mal, mais pas encore suffisant.

L’appareil, importé d’Italie et qui répond aux normes d’hygiène stricte – il est réfrigéré, équipé d’un mélangeur, de système de désinfection par la vapeur et d’une ventilation anti-insectes –, coûte 37.000 €.

Un investissement rondelet auquel il faut ajouter les frais d’exploitation, comme l’électricité ou le coût de l’entretien. D’après les calculs d’Eddy Pussemier, il faudrait fournir plus de 50 litres quotidiennement pour amortir la nouvelle acquisition en cinq ans.

Le fermier se montre relativement confiant. La crise a montré que les consommateurs sont demandeurs de produits sains et prêts à soutenir les producteurs. Il ne reste plus qu’à mieux connaître le nouveau concept…



© La Dernière Heure 2010